Retour

Fabuleuse Elsa !

Shocking Schiaparelli...

Romaine de naissance, parisienne de cœur et citoyenne de la mode, Elsa Schiaparelli a révolutionné l’habit avec panache, fantaisie et talent. Icône des années 30, la créatrice repousse toujours plus loin les limites de l’audace…

La vie d’Elsa Schiaparelli est une épopée pétillante. Fille d’une descendante des Médicis et d’un professeur de lettres, elle naît en 1890 au Palais Corsini. Grandissant dans ce milieu aristocrate et intellectuel, la demoiselle est envoyée dans un couvent en Suisse lorsque ses parents découvrent qu’elle est l’auteure d’un recueil de poèmes…impudiques ! En 1913, Elsa rejoint Londres où elle rencontre le Comte Wilhelm Wendt de Kerlor qu’elle épouse avant de partir pour New-York. Sur le bateau, elle fait la connaissance de Gabriële Picabia :  la femme du célèbre peintre dada lui ouvrira les portes du mouvement surréaliste et lui présentera Man Ray et Marcel Duchamp.

En 1922, Elsa Schiaparelli revient à Paris, travaillant le jour chez un antiquaire et le soir au restaurant Le Bœuf sur le Toit. C’est en accompagnant une amie chez Paul Poiret que son destin bascule. Le couturier perçoit l’audace naturelle de la jeune femme et propose de lui prêter des tenues. Cette rencontre avec le monde de la couture et du luxe donne à Elsa Schiaparelli l’envie de créer à son tour. Ses débuts sont marqués par un coup de génie : un pull tricoté à la main avec un ruban en trompe-l’œil. Qualifié par le magazine Vogue de « chef d’œuvre », le pull est un succès immédiat, plébiscité jusqu’aux Etats-Unis.

Shocking Schiaparelli...

L’extravagance pour signature

Osant le mariage inattendu de la Haute-Couture et du sportswear, celle que l’on surnomme désormais Schiap travaille des matières innovantes, imagine de nouvelles formes. Collaborant avec les grands artistes, elle crée des pièces rocambolesques avec Salvador Dalí comme la robe homard, le chapeau-chaussure ou encore le tailleur à poches-tiroirs et transforme les oeuvres de Jean Cocteau en manteau ou en bijoux. Avant-gardiste sur tous les terrains, elle est la première femme créatrice de mode à faire la couverture du Times en 1934. Bravant toutes les limites de la création, Elsa Schiaparelli s’illustre en 1937 par l’invention d’une couleur : le rose shocking deviendra son emblème.

En 1946, la créatrice interpelle une fois de plus en présentant « Constellation », une garde-robe composée de six robes, un manteau réversible et trois chapeaux pliables. Destiné aux femmes qui voyagent, ce mini-vestiaire ne pèse que six kilos. La Maison ferme ses portes en 1954 avant de rouvrir en 2006. Sous la direction artistique de Daniel Roseberry, Schiaparelli perpétue l’héritage florissant et révolutionnaire de sa fondatrice.

Le musée des Arts décoratifs de Paris a mis la créatrice à l’honneur en lui consacrant une rétrospective. Costumes, accessoires, peintures, sculptures, parfums, photographies ou encore objets de décoration…une véritable immersion dans l’univers stupéfiant et surréaliste de Schiaparelli…

Elsa Schiaparelli


Partager l’article
Envoyer à une amie

Les derniers articles

PACO RABANNE

Le métallurgiste de la mode
Lire l’article

Escale italienne

Dolce Vita : Tout un art…
Lire l’article

Copyright Arlettie 2023